Presse

Exclu public cyril alexis l ange blond de la lfauit je ne suis pas un trublion mais un vrai chanteur portrait w674

07/10/2017 : Le Progrès

Le progres 7 oct 2017 2

Exclu public cyril alexis l ange blond de la lfauit je ne suis pas un trublion mais un vrai chanteur portrait w674

06/11/2015 : La Voix du Nord

Affiche la voix du nord

 

La voix du nord 6 nov 2015

 

Exclu public cyril alexis l ange blond de la lfauit je ne suis pas un trublion mais un vrai chanteur portrait w674

29/10/2015 : L'Est Républicain

Est re publicain nancy jeudi 29 oct 2015b

Exclu public cyril alexis l ange blond de la lfauit je ne suis pas un trublion mais un vrai chanteur portrait w674

26/10/2015 : L'Est Républicain

Pdf page 1 edition de nancy agglomeration et banlieues 20151026b

 

Pdf complet edition de nancy agglomeration et banlieues 20151026 3c

Exclu public cyril alexis l ange blond de la lfauit je ne suis pas un trublion mais un vrai chanteur portrait w674

23/10/2015 : Le Républicain Lorrain

54 hebdo no28 23 10 15

(( PAGES EN CONSTRUCTION ))

Exclu public cyril alexis l ange blond de la lfauit je ne suis pas un trublion mais un vrai chanteur portrait w674

24/03/2011 : Le Républicain Lorrain

36 le republicain lorrain 24 03 11

Exclu public cyril alexis l ange blond de la lfauit je ne suis pas un trublion mais un vrai chanteur portrait w674

29/11/2010 : Idoles Mag  (Internet)

35 idoles mag n 10 de c 10 29 11 10

20/11/2010 : Est Républicain

20/11/2010 : Est Républicain

09/09/2010 : IdolesMag

 

Propos recueillis par IdolesMag.com le 09/09/10.
Rencontre avec Cyril Alexy, jeune artiste Nancéen. Empreint de ses influences musicales et ses idoles de toujours, Sheila et Art Sullivan, Cyril Alexy vous propose de découvrir son univers, au travers de son interview et de son album "Entre ombres et Lumières". Il vient de sortir également un single "Donne, Donne-moi", rerpise d’Art Sullivan, agrémenté d’un titre inédit écrit par Art Sullivan. Partez à la découverte d’un ange blond étonnant, comme il se décrit lui-même...

IdolesMag : Peux-tu nous raconter en quelques mots ton enfance et ton adolescence ?

Cyril Alexy : J’ai vécu une enfance et une adolescence assez en retrait pour moi qui suis issu d’une famille de sept enfants ! J’aimais me retirer dans « mon antre » seul avec la porte ouverte pour entendre la présence de ma famille. Mais j’étais dans ma chambre, en repli avec la musique de mes idoles qui me permettaient déjà de m’évader. Je cherchais sans cesse un monde virtuel comme si j’avais voulu échapper au quotidien.
Etant le deuxième enfant, donc l’un des aînés, on m’octroyait parfois la responsabilité de garde et de protection quant à mes frères et sœurs et je ne me sentais pas capable d’assumer une telle tâche. Puis, j’ai souvent été témoin de problèmes d’argent que ma mère me confiait déjà puisque j’étais l’un des plus grands. J’ai appris qu’il fallait savoir se sacrifier et s’effacer pour les plus petits, y compris sur le plan affectif avec ma maman qui avait déjà un énorme travail.

Quelles étaient tes idoles quand tu étais adolescent ?

J’ai aimé et beaucoup écouté la musique dite « de variété populaire » puisque ma mère achetait et écoutait ce genre de 45t. Mais mon premier coup de cœur suivi d’un grand amour a été pour Sheila. Je suis imbattable sur sa carrière et sa vie ! J’ai grandi avec elle et elle m’a apporté tant de choses tout au long de ma vie… Je l’aime toujours !!! Et puis, j’étais fan et fasciné par un jeune prince qui, pour moi, sortait tout droit d’un dessin animé de Walt Disney avec sa voix si envoûtante et reposante, Art Sullivan.
Donc, je chipais la corde à sauter de ma sœur pour me faire un micro et dans ma chambre, devant le miroir de l’armoire, je chantais Sheila et Art Sullivan. Je disais même à tout le monde que « plus tard, quand je serai grand, je ferai Sheila ou Art Sullivan comme métier ! ». Evidemment, à l’époque, je ne savais pas que les deux étaient différents, l’une une fille, l’autre un garçon ! Déjà la, un début d’ambigüité (rires).
Ensuite, il y eut parallèlement des artistes que j’adorais : Jeane Manson, Patrick Juvet, Barbra Streisand. Beaucoup de stars du disco comme Karen Cheryl, Cerrone, Boney M, Abba, etc. Puis, il y eut plein d’autres artistes dans mon cœur, mais ma culture est plutôt francophone… J’aime énormément de choses !!! J’ai adoré la richesse des 80’s avec par exemple Balavoine, Goldman, Jeanne Mas, Niagara, Indochine sans oublier Mickaël Jackson et l’incomparable Mylène Farmer qui me fait toujours vibrer aujourd’hui.

Etais-tu du style à mettre des posters sur les murs de ta chambre ?

Oui!! J’en mettais mais c’était surtout mes « chouchous » et la première place était toujours réservée à Sheila !

Qui t’a donné envie de devenir chanteur ?

Incontestablement Sheila et Art Sullivan

Cyril Alexy et Art Sullivan © photo DR

Depuis quand as-tu eu envie de faire de la chanson ton métier ?

J’en ai toujours eu envie, mais disons que c’est surtout la rencontre avec des potes sur Nancy qui m’a permis d’émerger sous le pseudonyme de « CYRIL ». Avec eux, on a commencé à monter un groupe et à faire nos propres chansons.

Joues-tu d’un instrument ? Si oui, lequel ?

Non ! Je ne connais absolument pas la musique. J’apprends toutes mes mélodies à l’oreille.

Quelles sont tes influences musicales ?
 
Plutôt les 80’s mais c’est surtout les compositeurs qui me proposent des musiques et des arrangements. Ensuite, je valide ou pas ! En l’occurrence, pour mon album, c’est Lino Buttice, mon collaborateur depuis plusieurs années déjà !

Tu es auteur et interprète, d’où te viennent tes inspirations ?

Les inspirations de mes textes émanent souvent des bribes de ma vie ou de celle de mes co-auteurs. Il y a quelques chansons que j’ai écrites, mais en général, il s’agit de collaborations avec des artistes qui me connaissent parfaitement. Jean Frison par exemple, sait faire ressortir mon « moi » intérieur et il écrit superbement ! C’est un vrai poète. Enfin, le regard des autres sur moi-même est très enrichissant…

Cyril Alexy, Entre ombres et Lumières © photo DR

Peux-tu me parler de ton album "Entre Ombres et Lumières" et des chansons qui le composent ?

Cet album est un recueil comprenant les chansons que je préfère ! Le titre illustre bien mon univers, lequel est à la fois sombre et lumineux un peu à l’image de l’une de mes égéries dont je m’inspire, Mylène Farmer ! On perçoit à l’écoute de ce disque les évolutions vocales et musicales de mon répertoire… Les émotions sont figées au fil du temps.

Cyril Alexy, Donne, Donne-moi © photo DRTu viens d’enregistrer 2 titres d’Art Sullivan "Donne, donne-moi" (version 2010) et "Te retrouver". Pourquoi avoir choisi de faire des reprises d’Art Sullivan ?

Avant de répondre, je précise que « Te retrouver » n’est pas une reprise mais une création!
Bon, en fait, dans mes premiers enregistrements, on me rapportait souvent que mon timbre de voix ou certaines intonations faisaient étrangement penser à Art Sullivan ou Alain Chamfort ! A cette époque, j’étais très flatté puisque j’en suis fan. Mais je n’y prêtais pas spécialement attention.
Ensuite, j’ai enregistré mes titres simplement avec mon identité vocale, en étant moi-même sans penser à imiter qui que ce soit, excepté certains passages de voix de tête où là, j’accentue volontairement afin d’envoyer des clins d’œil à Patrick Juvet que j’aime beaucoup aussi. Vous l’aurez compris !
Puis, dernièrement, en faisant partager des anciens enregistrements sur le mur de mon facebook, rebelote ! Voilà à nouveau les commentaires qui surgissent sur mon mur avec les constatations identiques de l’époque : « Ta voix ressemble à celle d’Art Sullivan », etc...
Alors, puisque j’ai toujours aimé Art Sullivan, je me suis pris au jeu et pour me faire plaisir, je me suis amusé à enregistrer sur mon ordinateur des maquettes sur les versions originales et en duo virtuel : « Petite fille aux yeux bleus » et « Donne, donne-moi ». J’ai mis le tout sur le net.
Les commentaires positifs m’ont décidé à tenter de retrouver et de contacter Art Sullivan. Mon agent a récupéré son adresse et j’ai envoyé à l’artiste une lettre avec mon album… La suite serait un peu longue à vous raconter, mais il a fini par me proposer la reprise d’une nouvelle version de son tube « Donne, donne-moi » puisque c’est un des titres de cette époque que je préfère. Mais surtout, « Te retrouver », une création qu’il a faite spécialement pour moi sur un texte dont j’ai collaboré à l’écriture avec lui et Hugo Sahki, c’est un immense et profond bonheur ! C’est ce que je tenais à préciser plus haut : « Te retrouver » n’est pas une reprise mais une création !

Comment s’est passée ta collaboration avec Art Sullivan ?

Super bien ! Il est très gentil et très à l’écoute. Il ne se prend pas pour une star. J’ai rencontré un « Monsieur » d’une simplicité et d’une bonté exemplaires. Art m’a rassuré et m’a fait prendre conscience des possibilités vocales que je n’exploite pas suffisamment à son goût. Ses conseils sont d’une grande richesse. Enfin, vous l’avez compris, je l’adore et il me le rend bien…

Ton album est en téléchargement légal sur internet, mais existe également en version cd, est-ce que c’est important pour toi d’avoir un support "physique" ? Attaches-tu de l’importance à la conception du livret ?

Oui, absolument ! J’appartiens à la génération qui a besoin de l’approche tactile avec un disque, vinyle ou CD. C’est un aboutissement et c’est magique. J’aime ce contact avec le support d’un disque. Le digital est superficiel. C’est un consommable qui se jette ou s’efface trop facilement. Pas de nostalgie : quand on en a marre, on remplace et on met autre chose dans l’iPod.
Moi, j’ai l’esprit collectionneur et j’ai besoin de conserver tout sur mes artistes favoris.
Pour le livret, c’est important également comme autrefois les pochettes des albums. J’adore regarder et décortiquer les noms des auteurs, compositeurs, arrangeurs, musiciens, crédits photos, studio…, enfin, tout ce que l’on peut découvrir quant aux personnes qui ont participé à l’élaboration du disque. J’aime savoir qui fait quoi. Un disque se savoure et lorsque je l’écoute, j’examine toujours la pochette, les textes, etc.

Pourquoi avoir choisi de mettre des photos de toi nu dans le livret de ton album ?

Pour le visuel artistique qui illustre bien l’image d’un ange. La nudité est un symbole de pureté. J’ai donc illustré quelques textes par des photos de nu et érotiques. Par exemple, pour « Premier amour », j’ai illustré l’innocence, la sincérité, entre autres !

Si tu le veux bien je vais maintenant te poser quelques petites questions en rapport aux titres de tes chansons, aux textes ou à ton univers.
Es-tu souvent d’humeur chagrine ?

Hélas, oui ! Je suis touché par tant de choses et je suis extrêmement sensible. Et puis, je suis facilement mélancolique comme si le fait d’être heureux me faisait peur. Je n’ai pas encore eu la chance de découvrir ce qu’est vraiment le bonheur. Je travaille sur moi-même au quotidien pour tenter d’améliorer cet état !

Cyril Alexy © photo DR

Patrick Juvet se demande "Où sont les femmes ?", toi tu te demandes "Où sont les z’hommes ?"... Les as-tu trouvés ?

Ce titre est effectivement un clin d’œil à Patrick Juvet. Mais nous avons choisi de le réaliser d’une manière humoristique ! Comme vous l’avez compris, je suis un personnage ambigu et chacun fait sa lecture selon ses idées et ses convictions ! Mais l’écriture de ce texte était plus dans le sens « Où sont les vrais « mâles » d’autrefois ? » (rires). Aujourd’hui, les hommes se féminisent naturellement et se retrouvent inconsciemment avec l’image un peu universelle que donnent les magazines ou la télé réalité. En fait, les hommes gays ou hétéros se ressemblent de plus en plus dans leur look ou leur façon d’être ! Moi, je trouve ça génial et ça m’amuse ! Mais les gays affirment ne plus savoir « qui est qui ? ». Certains sont déstabilisés. Peut-être le besoin de se démarquer ?
En ce qui me concerne, je me démarque naturellement en étant moi-même un personnage androgyne et je n’ai pas besoin d’être formaté dans un moule ! Voilà ! C’était dans ce sens et de manière amusante que cette chanson est née ! Pour répondre à la question « si j’ai trouvé « les z’hommes », (comme les femmes d’ailleurs), je dirai que oui, quelquefois, puisque j’ai d’excellents amis et amies qui font partie de mon quotidien et m’apportent le soutien et le réconfort dont j’ai besoin car je suis assez fragile ! Pour le reste, je suis toujours célibataire…

Quels souvenirs gardes-tu de ton premier amour ?

Aujourd’hui, seulement la fraîcheur de l’innocence car j’étais dans une mauvaise direction. Par contre, c’est assez confus dans ma tête car mes coups de cœur de jeunesse m’ont assez marqué. En outre, je pense qu’entre l’amour et l’amitié (comme l’a dit Tachan), il n’y a vraiment qu’un lit de différence ! Que ce soit pour un garçon ou une fille d’ailleurs.

Est-ce que pour toi le noir rime avec espoir ?

Oui, car une fois qu’on est dans le noir complet, cela ne peut être pire ! Il y aura forcément une lueur d’espoir qui finira par jaillir à un moment ou à un autre. C’est à nous ensuite de faire en sorte que cette luminosité devienne un beau rayonnement sur les autres comme sur soi-même.

Que représente pour toi un ami ?

C’est celui à qui l’on peut tout dire, sans pudeur, et qui ne te jugera pas. C’est celui qui tentera de te conseiller dans le sens de ce qui pourrait être bon pour toi. C’est surtout quelqu’un qui n’essaiera pas de te convaincre selon des valeurs, des critères ou des principes qui sont les siens…

Préfères-tu rêver, vivre ou être libre ? et pourquoi ?

Je suis un rêveur éternel et j’ai du mal vivre tout simplement. J’ai toujours besoin de m’évader de la réalité de la vie que je n’assume pas. Trop de choses m’horrifient sur cette terre. Je pleure facilement et je ne supporte pas l’injustice. La liberté par contre, je me l’octroie moi-même en assumant totalement mes propos…

Que t’évoquent Nancy, La Lorraine et la Place Stanislas ?

Comme tout le monde, je suis attaché à mes racines. Je suis né à Nancy et je suis un pur lorrain. D’ailleurs, j’essaie toujours de corriger mon accent ! (rires). La place Stanislas, comme pour tout Nancéen, j’en suis très fier. C’est effectivement une des plus belles places du monde chargée d’histoire et c’est passionnant.

Qui est pour toi le "Don Juan" par excellence ?

Le séducteur dans tous les sens du terme. Quelqu’un qui envoûte même d’un simple regard.

Dans le livret de ton album, tu es en photo avec Patrick Juvet et Jeane Manson, est-ce deux artistes que tu apprécies tout particulièrement ? Et si oui, pourquoi ?

Oui, j’ai déjà partiellement répondu précédemment, c’est déjà parce que je les apprécie, c’est vrai. Mais aussi parce que j’ai eu la chance d’assurer leur première partie. Patrick Juvet est le premier à m’avoir tendu la main. Jeane Manson est une amie que j’aime énormément.

Cyril Alexy © photo DR

Je vais maintenant te donner quelques mots. Dis-moi ce qu’ils t’évoquent instinctivement :

Cythère : Symbole de l’évasion, temple du bien-être.

Ballerine : Légèreté et habileté.

Sortilège : Magie de la séduction.

Amant : Complicité et fusionnement total de deux êtres physiques et spirituels.

Ombres : Repliement nécessaire et vital pour me retrouver !

Lumières : Celle que je cherche au quotidien et que j’essaie de transmettre aux autres…

Ange : C’est moi ! Hi, hi, hi !

Nous arrivons presque au terme de cette interview, y a-t-il une question à laquelle tu aurais aimé répondre et que je ne t’ai pas pas posée ? Si oui, laquelle?

Oui, où me trouver ? Comment me découvrir actuellement ? En vous rendant sur Facebook, Youtube ou Myspace !

Une dernière question (c’est la minute promo) : Que dirais-tu à nos lecteurs pour leur donner envie de découvrir ton album "Entre Ombres et Lumières" sorti en 2009 et tes reprises d’Art Sullivan sortis en 2010 ?

Et bien je leur dirais que s’ils veulent découvrir un chanteur d’aujourd’hui, mais avec des textes intelligents et de bonnes musiques, il faut écouter mon album ! Les gens ont tort de penser qu’un chanteur moderne de pop variété est trop souvent superficiel ! Ecoutez mon travail y compris celui que j’ai réalisé avec Art Sullivan et donnez-moi vos avis !

10/05/09 : L’EST REPUBLICAIN (Nancy Banlieue Sud)

10/05/09 : L’EST REPUBLICAIN (Nancy Banlieue Sud)

12/02/09 : L’EST REPUBLICAIN (Nancy Banlieue Sud)

 12/02/09 : L’EST REPUBLICAIN (Nancy Banlieue Sud)

Janvier 2008 : CITIES N°6

CITIES N°6

Date de dernière mise à jour : 19/10/2017

×